Accueil

Agir

Histoire d’un génocide
...
Bibliographie
...
Filmographie

Information

L’association

La lettre

La parole à

Le Rwanda aujourd’hui

Liens

CONTACT

 

Rwanda : population

Le Rwanda est un petit pays de 26.338 km² (soit environ la superficie de la Bretagne) qui bénéficie d’un climat tempéré, doux et humide. Le relief est particulièrement montagneux puisque l’ensemble du pays se situe au-dessus de 1.000 m d’altitude et la moitié de sa superficie totale s’étend entre 1.500 et 2.000 m. La majorité de la population vit dans des régions d’altitude moyenne ; « c’est le pays aux mille collines ».

Pauvre en ressources naturelles, le Rwanda a fondé son développement sur une économie agricole. La terre est généreuse et l’agriculture toujours prospère est néanmoins extrêmement dépendante des fluctuations des cours internationaux.

Démographie

Les recensements de 1978 et 1991, ainsi que les enquêtes de fécondité de 1970, 1983 et 1992 permettent de dégager un certain nombre de données relativement précises sur la démographie* :

(JPG)

Sources :

-  Banque mondiale, rapport sur le développement dans le monde - 1995 ; Le monde du travail dans une économie sans frontières, 1996

-  Nations Unies, Rapport mondial sur le développement humain 1995, Paris, Economie, 1995

-  République rwandaise, Recensement général de la population et de l’habitat du 15 août 1991, version provisoire non publiée, Kigali, Ministère du Plan, 1993

-  J.F. MAY, M. MUKAMANZI et M. VEKEMANS,Family planning in Rwanda : Status & Prospect , Studies in Family Planning, 21, 1, 1990, 20-32

Un très fort accroissement nature sur un territoire exigu entraîne nécessairement une densité de population extrêmement importante*. Alors que l’on comptait 77 habitants au km², elle s’établit, à la mi-1993 à 292 habitants par km². Rapportée à la superficie agricole arable, la densité atteint 406 habitants/km², ce qui est surprenant en Afrique subsaharienne où la densité moyenne est de 23 habitants/km².

(JPG)

*) les cartes et les textes ci-dessus sont issus du rapport de la Mission d’information sur le Rwanda


"Ethnies" ?

Durant la période pré-coloniale, et pour asseoir son pouvoir sur les terres conquises aux "roîtelets" Hutu, l’aristocratie Tutsi avait instauré un système social centralisé de dépendance personnelle et de protection, l’ "Ubuhake". En voici le principe de base : un homme d’un rang social donné vient se recommander à un autre d’un rang plus élevé qui lui octroye du bétail. En échange, si c’est un hutu qui le reçoit, celui-ci devra des travaux serviles et une quantité déterminée de produits vivriers, et cela à "perpétuité" puisque ce type de contrat retombera sur les héritiers si le bétail ou sa descendance est encore vivant à la mort du contractant. Si le "bénéficiaire" de ce prêt (car il n’est ici, question que de jouissance de l’animal et non de propriété) est un Tutsi, il s’acquittera de tâches de "conseiller, messager, informateur, compagnon d’armes, en un mot, l’instrument d’influence sociale et politique entre les mains de son maître..."

Bien sûr, dans ce système, chacun est toujours l’obligé d’un plus gros qui lui aussi, offrira une protection totale à son subordonné. On comprend vite qui contrôle ainsi tout le bétail dans chaque région puisqu’il n’est meilleur protecteur que le chef d’armée, dont le grade revient en priorité aux Tutsi les "mieux nés" .

En bref, et sans développer ici qui sont les Twa, troisième communauté du Rwanda, nous dirons que les Tutsi n’ont pas le privilège de la richesse, ni les Hutu celui de la misère sociale. Des Hutu possédaient de grands troupeaux sans pour cela se plier à l’Ubuhake, d’autres, plus rares, étaient anoblis par le Mwami, souvent pour faits d’héroïsme, et devenaient ainsi Tutsi. l’exploitation économique touchait indiféremment les uns et les autres. Hutu et Tutsi vénèraient le même ancêtre mythique, "Gihanga", et "partageaient de nombreuses valeurs communes et transcendantes" depuis des siècles, et bien sûr, la même langue, le kinyarwanda .

Notons cependant :

"Pour pouvoir parler d’une ethnie hutu et d’une ethnie tutsi différentes, devrait exister entre les deux groupes une opposition de langue, et/ou de culture, et/ou de religion, et/ou de territoire, ces oppositions constituant la définition de la notion d’ethnie. Or, au Rwanda comme au Burundi, Hutu, Tutsi et Twa parlent la même langue, ont une culture identique, pratiquent les mêmes religions et ont toujours vécu les uns parmi les autres... Le mot "ethnie" ne s’applique donc pas aux différences internes aux sociétés rwandaises et burundaises." ("Rwanda, généalogie d’un génocide" de Dominique Franche, 1997, Les petits libres.)

(Pour en savoir plus)

 

Appui Rwanda